La malbouffe ferait plus de victimes que le tabac. C’est ce qu’affirme l’ONU depuis quelques années.

Et de nombreuses études vont dans le même sens.

Il est vrai que la consommation de tabac tend à diminuer dans beaucoup de pays, tandis que la malbouffe est de plus en plus présente dans notre alimentation.

Qu’est-ce que la malbouffe ?

La malbouffe est un aliment ou un régime alimentaire jugés néfastes sur le plan diététique, pricipalement à cause de leur faible valeur nutritive et de leur forte teneur en « mauvaises » graisses ou en sucres.
On peut considérer la malbouffe comme étant composée d’aliments :

  • Trop riches en graisse
  • Trop riches en sucre et en sel
  • Avec un faible apport en fibres
  • Avec un faible apport en vitamines
  • Bourrés de produits chimiques

Cela concerne, non seulement une bonne partie de l’alimentation rapide (ou fast food), mais aussi de nombreux plats préparés.

Risques liés à la malbouffe

L’ONU considère qu’une mauvaise alimentation est responsable du développement croissant de maladies non transmissibles (MNT), telles que :

  • cancer
  • diabète
  • maladies cardiovasculaires
  • surpoids et obésité

Toutes ces maladies étant en nette progression dans les pays occidentaux.

Lutter contre la malbouffe

Même en éliminant fast food et plats préparés, nous ne sommes pas à l’abris de la malbouffe.
En effet, de nombreux produits que l’on utilise régulièrement pour notre alimentation sont modifiés et contiennent des ingrédients que l’on peut parfois être surpris d’y trouver.

Vous pouvez par exemple décider d’arrêter de consommer du sucre et des produits contenant des sucres ajoutés, puisque les fruits en contiennent suffisamment pour nos besoins. Mais pour y parvenir, il faudra aussi ne plus consommer de pain, de mayonnaise, vinaigrette, saucisses, charcuterie, bacon, biscuits apéritifs, … la présence de sucres dans ces aliments est lié au fait que le sucre les rend plus agréable au gout, et augmente leur durée de conservation.

Eviter les MNT (maladies non transmissibles)

Pour cela, une alimentation saine et équilibrée est indispensable: éviter les fast food et les aliments transformés, et privilégier les fruits et légumes frais,
mais aussi avoir une activité physique suffisante (3 fois par semaine étant considéré le minimum).